rencontre sans gluten VINCENT DEDIENNE

S'IL SE PASSE QUELQUE CHOSE

rencontres célibataires restaurant jeudi 15 juin 2017, 20h30

rencontre nationale du melhoun PARIS 18

annonce paruvendu rencontre rencontre montauban de bretagne

rencontre aux herbiers les sorciers de waverly place 4x13 rencontre avec les loups garous abidjan rencontre gratuit
Indisponible
Cet événement est indisponible.
Il n'est plus possible de réserver.

INFORMATIONS

rencontre architecte

rencontre gratuite Ce jeune acteur au parcours classique réconcilie théâtre et one-man-show en livrant avec S'il se passe quelque chose un autoportrait à la fois drôle et sensible.

Bonjour ! Je m'appelle Vincent Dedienne et je suis la personne qui boit un chocolat chaud/thé vert bio/soupe à l'oignon sur l’affiche !

rencontres internationales mobilis S'il se passe quelque chose, c'est une promesse. La promesse de passer ensemble un drôle de moment, à la frontière du théâtre et du Guatemala.
S'il se passe quelque chose
c'est aussi comme un dîner entre amis. C'est prévu de longue date, préparé avec amour et gourmandise, et ça commence à 20h.
S'il se passe quelque chose, c'est mon premier spectacle.

rencontre charles dullin À table !

traduire une rencontre en espagnol (Et si vous n'aimez pas, je vous ferai une salade)

rencontre mccartney lennon une rencontre bordeaux Vincent Dedienne

prostituée seine saint denis
LA PRESSE EN PARLE :

prostituées caen « C'est drôle, fin, intelligent, original.»
TELERAMA

« Un véritable bijou, accessible, drôle, émouvant et excellemment bien écrit. »
LE PARISIEN

« Brillant. »
ELLE

« Un bol d'air dans le paysage humoristique ! »
LE MONDE

« Quelque chose de rare »
LE FIGARO

« Un spectacle drôle et bouleversant. »
EUROPE 1 


Un seul en scène écrit par Vincent Dedienne, Juliette Chaigneau, Mélanie Le Moine et François Rollin.
Mis en scène par Juliette Chaigneau et François Rollin
Lumières : Anne Coudret
Scénographie : Lucie Joliot

A PROPOS DE LA SALLE

rencontres huningue

cafe rencontre charleroi  La grande aventure du « Montmartre », premier des théâtres construits dans ce qui était encore la banlieue de Paris, ne commence véritablement qu’en 1922, lorsque la direction artistique est confiée à Charles Dullin. Rebaptisé du nom de sa compagnie, l’Atelier s’affirme dès lors comme un Théâtre « de la poésie et de la réflexion » qui entend ne pas céder aux tentations purement commerciales et valoriser un répertoire tout à la fois exigeant, diversifié et accessible.
Fin 1940, quand Dullin prend la direction du Sarah Bernhardt ( L’actuel Théâtre de la Ville ) il confie la direction de l’Atelier au jeune décorateur André Barsacq, applaudi pour ses décors et costumes de « Volpone ».
Également metteur en scène et adaptateur, Barsacq poursuit la dynamique insufflé par Dullin en suscitant le talent de nouveaux auteurs bientôt reconnus, et en révélant au public une génération de jeunes comédiens.
En 1973, Pierre Franck lui succède à la direction de l’Atelier. Il y poursuit, jusqu’en décembre 1998, son travail de metteur en scène tout en veillant à maintenir une grande qualité dans le choix du répertoire (Pirandello, Ionesco, Beckett, Bernhardt, Strinberg…) en étroite complicité avec notamment Michel Bouquet et Laurent Terzieff.
Laura Pels dirige le Théâtre de l’Atelier de janvier 1999 à janvier 2015 et perpétue son image prestigieuse en impulsant la création de nombreuses œuvres contemporaines.
Au mois de février 2015, le metteur en scène Didier Long succède à Laura Pels.
Il est l’actuel Directeur du Théâtre de l'Atelier.
 
Toutes les formes d’art dramatique ont eu, et ont, droit de cité à l’Atelier. Nombreuses sont ses créations qui figurent dorénavant au patrimoine immuable du Théâtre.
 
Une passion au service de la valorisation d’un Théâtre, en éveil, qui interroge, émeut, divertit, ouvert au Monde et à l’esprit créatif de celles et ceux qui, chaque jour, chaque soir, écrivent, répètent, interprètent, travaillent, imaginent, éprouvent, éclairent, décorent, habillent, accueillent, et ce faisant, servent l’artisanat millénaire du Théâtre et perpétuent le lien mystérieux, irremplaçable, généreux, nécessaire, qui unit la scène à la salle.